Économie

Eversheds poursuit son offensive africaine

| Par Jeune Afrique
Eversheds prévoit également la création de bureaux supplémentaires au Maroc, au Ghana ainsi qu’au Kenya dans les mois à venir. DR

Eversheds prévoit également la création de bureaux supplémentaires au Maroc, au Ghana ainsi qu'au Kenya dans les mois à venir. DR ©

Le cabinet sud-africain Mahons Attorneys et le tunisien El Heni vont rejoindre le réseau Eversheds. Ce qui permettra au cabinet britannique, qui emploie plus de 4 500 personnes dans le monde, de renforcer ses liens avec le continent africain, à l’instar de ses concurrents.

Deux mois après avoir dévoilé les axes de son offensive sur le continent, le cabinet d’avocats britannique dirigé par Bryan Hughes précise sa stratégie d’implantation en Afrique. Le sud-africain Mahons Attorney, une équipe de dix associés, changera de nom en 2014 pour devenir Eversheds et le tunisien El Heni deviendra « Eversheds El Heni ». Avec ces intégrations le groupe aura des bureaux à Johannesburg, au Cap, à Port-Louis (Maurice, où est implanté Mahons) ainsi qu’à Tunis.

« Nous pensons que cette relation nous permettra de diversifier notre clientèle existante et de générer de nouvelles opportunités nationales et internationales à l’avenir », a affirmé Mohamed Raouf El Heni, le cofondateur du cabinet El Heni en Tunisie, qui a exercé pendant deux ans sous le nom de CW&A Tunisie en coopération avec Eversheds.

Stratégie panafricaine

Ces deux affiliations constituent des éléments clés de la stratégie panafricaine du cabinet Eversheds annoncée début octobre, qui prévoit également la création de bureaux supplémentaires dans les mois à venir au Maroc, au Ghana ainsi qu’au Kenya.

Lire aussi :

Hogan Lovells s’associe avec le sud-africain Routledge Modise
Eversheds dévoile les axes de son offensive africaine
L’intégration juridique au service de l’émergence du continent africain

Le cabinet avait annoncé en octobre dernier le lancement de l’Eversheds Africa Law Institute (EALI) – une plateforme de partage de connaissances et de services juridiques en Afrique – dans le cadre de son expansion sur le continent. Les cabinets de 20 pays africains ont déjà rejoint l’EALI. Boris Martor, avocat associé basé à Paris en charge de l’Afrique, avait alors expliqué que le cabinet visait une nouvelle annonce « tous les deux ou trois mois ».

Alliances

Cette annonce intervient alors que d’autres cabinets britanniques visent des implantations sur le continent, et particulièrement en Afrique du Sud. Le mois dernier, l’anglo-américain Hogan Lovells a annoncé l’intégration dans son réseau du sud-africain Routledge Modise, qui possède plus de 40 bureaux dans le monde. Ce dernier était pendant quatre ans le partenaire d’Eversheds avant de reprendre son indépendance en 2012 en raison de conflits d’intérêt concernant deux de ses principaux clients.

De même, Linklaters a annoncé en février 2013 une « alliance exclusive » avec le sud-africain Webber Wentzel.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte