Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Voir tout le sommaire
Droits de l’homme

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Ali Larayedh, le respect des droits de l’homme avant tout

| Par Jeune Afrique
Dans le gouvernement, il est l'un des ministres les plus appréciés par l'opinion publique.

Dans le gouvernement, il est l'un des ministres les plus appréciés par l'opinion publique. © Fethi Belaïd/AFP

Ali Larayedh (56 ans) est le ministre de l’Intérieur tunisien. 

Pendant vingt-trois jours en 1990, il a été torturé et gardé au secret dans les sous-sols du ministère qu’il dirige aujourd’hui. Ali Larayedh, qui a fait treize ans de prison pour ses idées, en a tiré une leçon : le maintien de la sécurité ne peut se faire sans le respect du droit. Dans le gouvernement de la troïka, il est l’un des ministres les plus appréciés par l’opinion publique. Sa volonté de poursuivre les auteurs d’actes illégaux durant les années Ben Ali est saluée. L’intéressé préfère parler de réformes, mais sûrement pas d’épuration au sein des services de police. Avec un objectif affiché : que les hommes en uniforme respectent les droits de l’homme en toute circonstance. C’est aussi cela, la révolution.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte