Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Voir tout le sommaire
Défense

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : le général Rachid Ammar, l’homme qui refusa de tirer

| Par Jeune Afrique
Ammar a été promu, en avril 2011, chef d'état-major des armées.

Ammar a été promu, en avril 2011, chef d'état-major des armées. © Nicolas Fauqué/Imagesdetunisie.com

Le général Rachid Ammar (65 ans) est le chef d’état-major interarmées.

Pour le peuple tunisien, c’est un « héros de la révolution ». Le général n’a pas demandé à ses hommes de tirer sur les manifestants en révolte en janvier 2011, malgré les ordres qu’il avait reçus. Sous sa conduite, l’armée a également permis que la « révolution des jeunes arrive à bon port » en maintenant la sécurité du pays dans un contexte de semi-chaos postrévolutionnaire et d’afflux de centaines de milliers de réfugiés venus de la Libye voisine.

Général de corps d’armée trois étoiles, cet officier a, selon l’un de ses compagnons d’armes, « la rigueur des professionnels disciplinés et la modestie des grands ». Ammar a été promu, en avril 2011, chef d’état-major des armées tout en gardant ses fonctions à la tête de l’armée de terre.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte