Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Voir tout le sommaire
Droits de l’homme

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Souhayr Belhassen, l’intransigeante

| Par Jeune Afrique
Souhayr Belhassen, présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme.

Souhayr Belhassen, présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme. © Ons Abid pour J.A.

Souhayr Belhassen (69 ans) est la présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH).

Que de chemin parcouru pour cette ancienne journaliste qui fut notamment la correspondante en Tunisie de Jeune Afrique dans les années 1970 et 1980 ! La présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) incarne à merveille les vertus de l’obstination. Militante des libertés depuis toujours, elle s’est attaquée sans relâche aux dérives des régimes Bourguiba et Ben Ali. Aujourd’hui, son pays, la Tunisie, est sur la voie de la démocratie. Et elle préside aux destinées de la plus importante organisation internationale de défense des droits de l’homme. Souhayr Belhassen est une référence. Malgré son éloignement – le siège de la FIDH est à Paris -, elle continue de suivre les soubresauts postrévolutionnaires en Tunisie. « La chute d’un dictateur ne suffit pas à fonder une société démocratique », écrivait-elle dans Jeune Afrique en janvier dernier. Toujours la même exigence.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte