Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Voir tout le sommaire
Société

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : ambassadrices de charme

| Par
Kenza Fourati souhaite s'investir plus tard en Tunisie.

Kenza Fourati souhaite s'investir plus tard en Tunisie. © Reuters

Reines des podiums à Paris, Milan, Londres…, Kenza Fourati et Hanaa Ben Abdessalem offrent un visage moderne de leur pays.

Elles auraient pu se rencontrer sur la plage tunisienne de Sidi Mahrsi, à Nabeul, où Hanaa est née et où Kenza rejoint ses parents pendant les vacances d’été, mais elles se sont croisées dans les fashion weeks, où elles défilent pour Gaultier, Chanel, Armani, Ferré ou Stella McCartney, quand elles ne font pas la couverture de Elle ou de Vogue. Avec sa frange et son allure rock, Kenza Fourati, mannequin chez Elite, a fait sensation en août 2011 en apparaissant en bikini et le corps recouvert de graffitis à la une du magazine Tunivisions.

Hanaa Ben Abdessalem

© Alexi Lubomirski for Lancôme 2012

Si elle a la cote chez les Anglo-Saxons, Hanaa Ben Abdessalem, qui a un petit air d’Isabella Rossellini, est la nouvelle égérie de Lancôme et a pour mentors Carine Roitfeld, papesse de la mode parisienne, et l’actrice Farida Khalfa. Vivant entre Paris et Londres, Kenza souhaite s’investir plus tard en Tunisie, tandis que Hanaa soutient le projet d’aide à la transition démocratique du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et a accepté d’être la marraine de l’association Esmaani, qui oeuvre dans le milieu hospitalier.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte