Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Voir tout le sommaire
Politique

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Kamel Jendoubi, le « Monsieur élections »

| Par Jeune Afrique
Après dix-sept années d'exil, il a quitté la France aussitôt après la chute de Ben Ali.

Après dix-sept années d'exil, il a quitté la France aussitôt après la chute de Ben Ali. © AFP

Kamel Jendoubi (60 ans) est l’ex-président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie).

Si l’élection de l’Assemblée constituante tunisienne, le 23 octobre 2011, s’est bien déroulée, c’est en grande partie grâce à lui. Après dix-sept années d’exil, ce militant des droits de l’homme a quitté la France aussitôt après la chute de Ben Ali pour, dans la foulée, présider l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie). Son mandat est à présent terminé. Kamel Jendoubi est retourné vivre à Calais, dans le nord de la France, d’où il préside le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme (REMDH) et d’où il milite également pour le vote d’une loi constituant une nouvelle Isie dans la perspective des prochains rendez-vous électoraux après l’adoption de la nouvelle Constitution. L’expertise de ce « Monsieur élections » sera précieuse. 

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte