Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Voir tout le sommaire
Société

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Adnène Hajji, le syndicaliste

| Par

Adnène Hajji (53 ans) est un syndicaliste tunisien

Quand le bassin minier de Gafsa bouge, Adnène Hajji n’est pas loin. Secrétaire général de la section locale de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), cet enseignant symbolise la colère de cette région oubliée. Parmi les meneurs du sanglant soulèvement de 2008, prémices de la révolution, il a joué un rôle important dans les négociations avec le gouvernement avant d’être arrête et torturé, malgré une santé fragile, puis condamné à dix ans de prison. Considéré par Amnesty International comme un prisonnier d’opinion, il est toujours défenseur des travailleurs des mines et réclame justice pour les victimes des émeutes de 2008 et de la révolution tunisienne.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte