Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Voir tout le sommaire
Culture

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Fadhel Jaïbi, prémonitions théâtrales

Sa spécialité ? Anticiper les questions de société.

Sa spécialité ? Anticiper les questions de société. ©

 Fadhel Jaïbi (66 ans) est un metteur en secène tunisien.

Figure théâtrale la plus en vue du pays, connu des scènes arabes et européennes, Fadhel Jaïbi n’est pas encore intervenu sur la révolution tunisienne ; à moins qu’il ne l’ait déjà fait, en partie, dans deux oeuvres événements et prémonitoires : Khamsoun, en 2006, et Amnesia, en 2010. Khamsoun, écrit à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance, décortique la montée de l’intégrisme, les pratiques policières et l’incapacité d’une génération de gauche à passer le relais.Quant à Amnesia, l’actualité a rejoint la fiction, puisque la pièce retrace la chute d’un homme de pouvoir et interroge la liberté individuelle confrontée à toutes les formes de conservatisme. Les créations de Fadhel Jaïbi, où le texte et le travail scénique tiennent une place importante, relatent souvent par anticipation les questions de société. 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui font la nouvelle Tunisie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte