Économie

Bolloré écarté de l’axe Abidjan-Ouagadougou ?

Selon des sources proches du gouvernement ivoirien, le français Bolloré pourrait perdre l’exploitation de la liaison ferroviaire Abidjan-Ouagadougou au profit de Frank Timis, l’homme d’affaires australo-roumain.

Par
Mis à jour le 5 décembre 2013 à 18:07

Bolloré détient la concession du chemin de fer. DR

Le groupe Bolloré peut-il perdre l’exploitation de l’axe Abidjan-Ouagadougou au profit de Frank Timis ? L’hypothèse est avancée par des sources proches du gouvernement ivoirien. Les présidents Compaoré et Ouattara n’auraient pas apprécié que le fondateur du groupe français ait mêlé économie et politique lors de leur entrevue du 16 octobre.

Quiproquo

En réalité, il s’agirait d’un quiproquo lié à un courrier envoyé par Arnaud Montebourg, ministre français du Redressement productif, aux Premiers ministres et ministres des Transports de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Niger et du Bénin. Dans le cadre du projet de boucle ferroviaire entre les capitales de ces pays, le Français aurait rappelé le savoir-faire du groupe Bolloré en ce domaine.

Frank Timis, qui détient la concession du gisement de manganèse de Tambao, avance ses pions. Il propose de construire un chemin de fer entre ce site minier et Kaya (au nord de la capitale burkinabè) afin de pouvoir utiliser l’axe Abidjan-Ouagadougou. Si, du côté de Bolloré, on ne nie pas l’avance prise par l’homme d’affaires australo-roumain, on précise toutefois détenir la concession du chemin de fer jusqu’en 2030, et être ouvert à une collaboration.

Lire aussi :

Guinée : Bolloré réalisera la ligne ferroviaire Conakry-Kagbélen
Frank Timis, bâtisseur de voie ferrée en Côte d’Ivoire
Bolloré : comment fait-il pour toujours l’emporter ?