Dossier

Cet article est issu du dossier «Emploi et formation : réseaux sociaux, coworking... tout sur les innovations»

Voir tout le sommaire
Archives

Emploi et formation : bienvenue au club HEC

Réunion 2011 des clubs africains, en juin dernier, à Paris.

Réunion 2011 des clubs africains, en juin dernier, à Paris. © Thierry Seguin/HEC

L’école parisienne est présente dans douze pays africains à travers des cercles de réflexion et d’échange. Ceux-ci rassemblent des cadres soucieux d’améliorer leurs capacités de management et leur compétitivité.

Ambitieux, souvent diplômés hors du continent, bénéficiant d’un entregent important… En Afrique, une nouvelle classe de cadres tient les rênes des entreprises, notamment dans le secteur privé. À travers ses Executive Clubs, lieux d’échanges sur des questions transversales du monde des affaires, l’École des hautes études commerciales (HEC), à Paris, ambitionne de les sensibiliser aux pratiques internationales. La vocation de ces clubs ? Permettre aux cadres intéressés par le débat économique et social de se rencontrer, de se familiariser avec les approches managériales en vigueur dans le monde et de les comparer aux méthodes locales.

Fort de quelque 400 membres, le programme HEC Executive Club est présent dans douze pays africains (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal…). Selon Olivier Behlé, chef d’entreprise et président du club HEC Cameroun, « son intérêt principal est qu’il permet aux manageurs africains d’être au même niveau que leurs homologues occidentaux ». Concrètement, les Executive Clubs de HEC organisent dans chaque pays une série de huit conférences par an sur des thèmes managériaux définis par les participants eux-mêmes. Innovation stratégique, leadership et changement, gouvernance et pilotage de projets, coaching managérial… La variété des sujets abordés permet de fournir des clés pour comprendre les blocages susceptibles d’apparaître dans une entreprise.

La force du réseau des anciens élèves

L’établissement parisien soumet également à tout le réseau africain un thème de réflexion, qui est ensuite débattu à Paris lors de la réunion annuelle des clubs. Pour 2012, par exemple, les participants plancheront sur l’existence d’un leadership africain – par opposition au leadership international – avec, en toile de fond, les notions de « management interculturel ou transculturel ».

Le programme Agora

Il se nomme Miri en Côte d’Ivoire, Émergence au Gabon et Atens au Togo. Dans ces trois pays du réseau HEC Executive Club, le programme d’accompagnement gouvernemental des réformes en Afrique (Agora) permet de renforcer les capacités managériales de tous les agents de l’administration, l’idée étant de consolider le dialogue public-privé afin d’améliorer le climat des affaires. Chaque fois, la formule est la même : HEC Executive Club forme d’abord les cadres de catégorie A sur des thèmes stratégiques proposés par un comité de pilotage (gestion de projets et des ressources humaines, leadership, management des équipes, etc.) et sensibilise, lors de méga-ateliers, l’ensemble des fonctionnaires aux enjeux des administrations orientées clients. La mission d’évaluation prévue au Congo-Brazzaville devrait aboutir à la mise sur pied d’un nouveau programme. C.J.-Y.

Afin que la discussion s’installe dans le temps, il faut que les cadres se sentent en confiance, qu’ils puissent évoquer leurs expériences en sécurité. D’où la décision d’éviter de réunir au sein d’un même club des concurrents directs. L’intégration se fait donc par cooptation, mais une cooptation réfléchie, privilégiant la pluralité des profils, qui doivent être issus de secteurs d’activité variés et de structures de différentes tailles, les cadres s’enrichissant de leurs différences.

Au terme de deux années de présence au sein d’un club, HEC délivre un certificat aux participants. S’il est toujours du meilleur effet d’afficher sur son CV le label d’une institution prestigieuse, le véritable bénéfice pour le cadre, c’est l’accès au réseau HEC, qui lui assure une plus grande visibilité sur le marché du travail. Présents dans l’annuaire des membres des Executive Clubs, ses adhérents ont également accès, par exemple, au réseau des anciens élèves. « À terme, ces clubs pourraient bien se transformer en think-tanks, les adhérents devenant ainsi force de proposition gouvernementale », indique-t-on à la direction de HEC. Un rêve récemment dépassé par la réalité : Abdoul Mbaye, le nouveau Premier ministre sénégalais, n’a-t-il pas présidé le club HEC de Dakar de 2005 à 2009 ? 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte