Économie

Maroc : JLEC va faire son entrée à la Bourse de Casablanca

La filiale marocaine de l’émirati Taqa, Jorf Lasfar Energy Company, sera bientôt cotée à la Bourse de Casablanca.

Par
Mis à jour le 6 décembre 2013 à 14:17

Avec ses six unités de production, dont les deux sites en cours de livraison, JLEC couvrira plus de 50 % de la demande nationale. © Taqa

Jorf Lasfar Energy Company (JLEC), premier producteur privé d’électricité au Maroc, a obtenu le visa du Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) pour son introduction à la Bourse de Casablanca. La société va introduire 2 234 638 actions au prix ferme de 447,5 dirhams (environ 54 dollars). 40 % du montant global de l’opération est réservé aux grands institutionnels marocains, 31,5 % aux personnes physiques et morales et 25 % aux institutionnels étrangers. JLEC réserve par ailleurs 3,5 % du montant à ses salariés.

La société, qui a été valorisée à neuf milliards de dirhams, a par ailleurs déjà réalisé une opération de placement privé d’un montant de 500 millions de dirhams auprès de trois institutionnels de la place, à savoir RMA Watanya, la Société centrale de réassurance (SCR) et la Mutuelle centrale marocaine d’assurance (MCMA). Jusque là filiale à 100 % du groupe émirati Taqa, JLEC cède ainsi plus de 14 % de son capital et lève un total de 1,5 milliard de dirhams (envrion 181 millions de dollars).

Lire aussi :

Maroc : Jorf Lasfar, acte II
Maroc : la centrale de Jorf Lasfar augmente ses capacités
La Bourse de Casablanca peine à se relancer

Unique introduction en Bourse en deux ans, il s’agit également de l’opération la plus importante depuis la cotation d’Alliances sur la Place casablancaise en 2008.

Financement

Cette opération devrait permettre à JLEC d’optimiser ses coûts de financement et de faciliter son recours à des financements externes par un accès direct aux marchés financiers. Dans le cadre d’un protocole d’accord avec l’ONEE, la société a lancé la construction de deux nouvelles unités de production électrique sur son site de Jorf Lasfar, qui porteront sa capacité à 2 100 MW. Un investissement d’un coût global de 1,6 milliard de dollars.

Avec ses six unités de production – dont les deux sites en cours de livraison -, JLEC sera la plus grande centrale thermique à charbon de la région Mena (Moyen-Orient et Afrique du Nord) et le principal fournisseur de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE). La société couvrira plus de 50 % de la demande nationale.