Politique

Algérie : un poison nommé Aïcha Kadhafi

Mis à jour le 7 juin 2012 à 10:38

Selon une source gouvernementale algérienne, Aïcha Kadhafi, la fille de l’ancien dictateur libyen, supporte de plus en plus difficilement ses conditions de détention en Algérie.

Depuis août 2011, Aïcha Kadhafi est en résidence surveillée dans un lieu tenu secret en compagnie de Safia, sa mère, et de deux de ses frères, Mohamed et Hannibal. Elle cherche un nouveau point de chute, ce qui tombe bien : les Algériens aimeraient bien s’en débarrasser. Dans un souci d’apaisement avec les nouvelles autorités libyennes, mais aussi parce que l’illustre captive a déjà enfreint à deux reprises le devoir de réserve auquel elle était astreinte – elle a notamment appelé ses compatriotes à se soulever contre « les traîtres du CNT ». Parmi les destinations envisagées, la Jordanie, l’Irak, le Maroc et l’Afrique du Sud. Mais qui souhaite vraiment s’encombrer de l’incontrôlable Aïcha ?