Politique
Combien gagnent vos chefs

Cet article est issu du dossier

Combien gagnent vos chefs

Voir tout le sommaire
Politique

Salaires des chefs : ministre, un bon « job » ?

Dans le reste du monde… ministre, un poste confortable ?

Par
Mis à jour le 14 juin 2012 à 16:54

Alain Juppé à Dakar en avril 2011. © AFP

Dans le reste du monde, les ministres n’ont pas trop à se plaindre non plus. Dans la plupart des pays riches, le salaire mensuel brut dépasse les 10 000 euros : Belgique (17 500 euros), Royaume-Uni (14 000 euros), Allemagne (13 795 euros), États-Unis (12 000 euros), Suède (11 360 euros)

Et puis, il y a les pays en crise, principalement en Europe. En France, le nouveau président, François Hollande, a montré l’exemple en ces temps de rigueur budgétaire. La réduction de son salaire de 30 % s’applique également aux ministres, dont le traitement passe de 13 423 euros à 9 396 euros. La période bling-bling de Nicolas Sarkozy est révolue. La cure d’austérité est encore plus drastique en Espagne (5 750 euros) et en Italie (4 058 euros), où le personnel politique ne nous avait pas habitués jusqu’alors à cette frugalité.

Les ministres africains sont-ils véritablement en dessous de ces niveaux ? Premier élément de réponse : leurs cotisations sociales déduites du salaire brut n’ont pas grand-chose à voir avec celles de leurs homologues du Nord. Deuxième élément : la fiscalité et le coût de la vie propres à chaque pays constituent des aléas sur le pouvoir d’achat réel. Troisième élément : le salaire n’est qu’une composante de la rémunération globale, puisqu’il y a également les primes et les indemnités.

Au final, ministre est un bon « job » sous toutes les latitudes.