Les 49 soldats ivoiriens qui étaient détenus au Mali ont été décorés

Graciés par Assimi Goïta et libérés début janvier, les militaires ont été félicités par le chef d’état-major de l’armée ivoirienne. Durant six mois, ils ont été au cœur d’un bras de fer politico-judiciaire entre Abidjan et Bamako.

Par
Mis à jour le 24 janvier 2023 à 16:23

Le général Lassina Doumbia, chef d’état-major des forces armées ivoiriennes, décore des soldats appartenant de la Minusma au Camp Gallieni, à Abidjan, le 24 janvier 2023. © Photo by Sia KAMBOU / AFP

Au total, ce sont 852 militaires – 850 soldats et deux gendarmes – déployés dans le cadre de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) qui ont été faits chevaliers de l’Ordre national ivoirien lors d’une cérémonie « particulière et chargée de symbole », selon le chef d’état-major Lassina Doumbia.

À Lire La « prise de guerre » d’Assimi Goïta dans l’affaire des militaires ivoiriens

« Cette présence a contribué à garantir la sécurité de nos frontières », a-t-il poursuivi, déplorant toutefois « un épisode malencontreux », en référence à l’arrestation des 49 soldats. La Côte d’Ivoire « mettra toujours tout en œuvre pour leur garantir protection et sécurité, surtout lorsqu’aucun acte délictueux n’a été commis », a-t-il martelé.

Des éléments ivoiriens à Tombouctou et Mopti

Arrêtés le 10 juillet à Bamako, ces membres des forces armées ivoiriennes étaient soupçonnés d’être des « mercenaires » par les autorités maliennes et ont été condamnés à vingt ans de réclusion. Trois femmes soldats libérées en septembre avaient quant à elles été condamnées à la peine de mort par contumace.

À Lire Assimi Goïta gracie les 46 soldats ivoiriens détenus à Bamako

La Côte d’Ivoire a toujours affirmé que ces éléments effectuaient une mission pour l’ONU dans le cadre d’opérations de soutien logistique à la Minusma, dont elle a annoncé en novembre que ses troupes se retireraient progressivement d’ici août 2023.

À Lire Mali : quel avenir pour la Minusma ?

Selon un responsable de la communication de l’armée ivoirienne, 870 de ses hommes sont actuellement déployés dans ce cadre, 650 à Tombouctou (Nord-Ouest) et 220 à Mopti (Centre).

« Reprendre des relations normales » avec Bamako

Au terme de mois de tensions entre la Côte d’Ivoire et le Mali, en particulier au moment de l’arrestation des soldats, le président ivoirien Alassane Ouattara avait déclaré – le jour de leur retour – vouloir « reprendre des relations normales » avec Bamako. Il a invité Assimi Goïta à effectuer une visite à Abidjan.

À Lire Au Mali, le blues des Casques bleus de la Minusma

Après avoir poussé vers la sortie l’ancien allié français, qui a achevé son retrait du Mali en août 2022, le régime malien a plusieurs fois critiqué vivement la Minusma, déployée depuis 2013, et dont le mandat a encore été renouvelé, en juin dernier, pour un an.

(Avec AFP)