Politique

En Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo poursuit sa réhabilitation

Peu à peu, la situation de l’ancien président se normalise. Il vient d’obtenir le versement de plusieurs milliards de francs CFA d’arriérés et devrait rencontrer prochainement le président Alassane Ouattara.

Mis à jour le 23 janvier 2023 à 16:19
Damien Glez

Par Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

© Damien Glez

La perception d’une rente viagère liée à une ancienne activité désigne-t-elle formellement son bénéficiaire comme retraité ? La question se pose pour Laurent Gbagbo : a-t-il raccroché les gants des hautes fonctions politiques ? Alassane Ouattara vient en effet d’ordonner « le paiement des arriérés de la rente viagère que réclamait Laurent Gbagbo ». Une somme d’argent périodique induite  par le rang d’ancien chef de l’État ivoirien, mais irrégulièrement versée pendant les procédures judiciaires contre Gbagbo en Côte d’Ivoire et aux Pays-Bas.

Pêche ou pétanque ?

Manifestement déjà transférés vers un compte en banque gelé jusqu’en août dernier, les arriérés représenteraient un peu plus de deux milliards de francs CFA (environ 3 millions d’euros). Maintenant que ses poches sont approvisionnées, et vont l’être régulièrement, l’ancien inculpé de la Cour pénale internationale (CPI) entend-il terminer ses jours à pêcher dans la lagune Ebrié ou à jouer à la pétanque ? Rien de moins sûr. En octobre dernier, le Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) le choisissait comme candidat à l’élection présidentielle de 2025.

À Lire Ouattara, Bédié, Gbagbo : leurs plans secrets pour la présidentielle de 2025

Il y a loin de la coupe aux lèvres pour le Woody de Mama déjà âgé de 77 ans, mais c’est bien une véritable “remontada” politique qu’il effectue au fil des mois : d’abord acquitté par la CPI de La Haye en 2019, puis gracié à son retour à Abidjan en 2020 par le président Ouattara dans le cadre de l’affaire du « braquage » de l’agence nationale de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Ambitions politiques

Pomme de discorde entre l’actuel président et son prédécesseur, la rétroactivité effective de la rente viagère d’ancien chef d’État de Gbagbo ne solde pas toute l’animosité qui existe entre eux. Pour aller plus loin, ils auraient exprimé l’intention de se rencontrer après le séjour programmé d’“ADO” dans l’Hexagone. Des échanges directs inédits, depuis l’audience accordée à Gbagbo par Ouattara en juillet dernier, qu’il a partagée avec Henri Konan Bédié.

Alors qu’ils auront tous les trois plus de 80 ans l’année du scrutin présidentiel, les “ex” émettent toujours des signes de velléités politiciennes. Après avoir renfloué ses comptes, Laurent Gbagbo pourrait aborder la question d’une amnistie judiciaire, en lieu et place de la grâce insuffisante à le rendre éligible…