Politique

En Israël, les raisons du très bref passage au gouvernement d’Arié Dery

Originaire de Meknès au Maroc, plusieurs fois ministres, l’ultra-orthodoxe Arié Dery avait été choisi comme numéro deux du gouvernement de coalition formé en décembre par Benyamin Netanyahou. Le 18 janvier, la Cour suprême israélienne a invalidé sa nomination.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 19 janvier 2023 à 10:35

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à côté du ministre de l’Intérieur et de la Santé Arié Dery à Jérusalem, le 8 janvier 2023. © RONEN ZVULUN / POOL / AFP

« Un repris de justice et un récidiviste », « un corrompu et un malade d’argent ». En Israël, lorsqu’il s’agit de brosser le portrait d’Arié Dery, politiciens et éditorialistes, à gauche comme à droite, ne mâchent pas leurs mots. Pour les tenants de la moralisation de la vie politique, Dery est un cas d’école et le dernier épisode en date de son déjà long parcours politique l’illustre bien.