Économie

En Algérie, une banque de l’habitat pour quoi faire ?

Cette nouvelle banque publique est censée décharger le Trésor du coût de la politique immobilière. Mais l’environnement réglementaire et institutionnel restent confus.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 18 janvier 2023 à 14:11

Coup d’envoi d’une grande opération nationale de distribution de 120 000 logements à Alger, le 15 novembre 2022. © A.Chikhi/APP/NurPhoto /AFP

Annoncé pour novembre 2022, l’établissement de la Banque nationale de l’Habitat (BNH) a finalement été acté fin décembre dernier. La banque publique dotée d’un capital de 80 milliards de dinars (573 millions de dollars) pourra effectuer « toutes les opérations reconnues aux banques », selon le texte signé par Salah-Eddine Taleb, gouverneur de la Banque d’Algérie. La BNH doit succéder à la Caisse nationale du logement (CNL), établissement public créé en 1991 et opérationnel depuis 1994 pour gérer les apports de l’État dans le financement de l’habitat et de l’aide aux loyers.

À Lire Banque d’Algérie : avec Salah Eddine Taleb, Abdelmadjid Tebboune veut accélérer sur l’internationalisation