Politique

La « prise de guerre » d’Assimi Goïta dans l’affaire des militaires ivoiriens

Détenus à Bamako depuis le 10 juillet 2022, les soldats ivoiriens ont été libérés le 7 janvier dernier. Mais, selon les informations de Jeune Afrique, leur équipement est toujours aux mains des autorités maliennes qui refusent, pour le moment, de le restituer à Alassane Ouattara.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 18 janvier 2023 à 18:11

Alassane Ouattara, avec les 46 militaires ivoiriens, le 7 janvier à l’aéroport d’Abidjan. © SIA KAMBOU/AFP

Le 10 juillet, sur le tarmac de Bamako, l’aéronef immatriculé ZS-BBI transportant les 49 soldats ivoiriens, dépêchés à Bamako dans le cadre de la Minusma, est suivi une heure plus tard par un second appareil. Il est, lui aussi, en provenance d’Abidjan. À bord de l’Antonov AN 26B, immatriculé UR-CHT, se trouvent des équipements et du matériel militaire appartenant à l’armée ivoirienne et devant servir à cette mission de six mois : 17 fusils d’assaut Tavor, 6 Galil (dont 2 modèles de fabrication israélienne), 9 kalashnikov, 13 pistolets automatiques, ainsi qu’une ribambelle de munitions.

Dossier urgent