Politique

La visite de Tebboune à Paris, une « revanche » pour le président algérien ?

Abdelmadjid Tebboune se rendra en France en mai prochain. Sa dernière visite, lorsqu’il était Premier ministre en 2017, pour une rencontre informelle avec son homologue Édouard Philippe, lui avait coûté son poste. Retour sur un épisode qui a durablement marqué le président algérien.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 19 janvier 2023 à 14:41

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’exprime lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue français au palais présidentiel d’Alger le 25 août 2022. © Ludovic MARIN / AFP

Été 2017. Le voyage du Premier ministre s’annonçait agréable. Un séjour à Nice, une escapade en Turquie et en Moldavie, une rencontre informelle à Paris avec son homologue Édouard Philippe… Ces vacances devaient permettre à Abdelmadjid Tebboune de souffler un peu après des jours d’extrêmes tensions, marquées par le bras de fer avec des oligarques contre lesquels il était quasiment en guerre depuis sa nomination à la tête du gouvernement, en mai 2017. Las ! Ce voyage en France s’est transformé en cauchemar pour celui qui n’est resté que 84 jours au palais du Docteur-Saadan.

À Lire Algérie : l’ex-Premier ministre Abdelmadjid Tebboune a-t‑il menacé trop d’intérêts ?