Politique

Le journaliste algérien Ihsane El-Kadi maintenu en détention, malgré l’absence de ses avocats

Arrêté à la fin de décembre, le directeur de l’agence Interface Médias est accusé par la sécurité intérieure « de se livrer à des activités susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l’État et sa stabilité ».

Par
Mis à jour le 17 janvier 2023 à 09:56

Manifestation de journalistes de la télévision nationale contre la censure à Alger, le 15 avril 2019. © RYAD KRAMDI / AFP.

Moins d’un mois après avoir été arrêté par la sécurité intérieure, le patron de presse Ihsane El-Kadi a vu sa détention provisoire confirmée par la justice algérienne. C’est en « l’absence de ses avocats » que la chambre d’accusation de la cour d’Alger a rejeté le 15 janvier l’appel interjeté par le journaliste contre son incarcération dans le cadre d’une enquête pour collecte illégale de fonds et atteinte présumée à la sureté de l’État, a précisé Me Mostefa Bouchachi.

« L’audience, prévue initialement mercredi [18 janvier] a été avancée à dimanche [15 janvier] à l’insu des avocats de la défense, qui n’a pas été informée de cette décision. C’est une violation du droit de la défense », a-t-il ajouté.

Soupçonné d’avoir reçu de l’argent

Directeur de la station algérienne Radio M et du site d’information Maghreb Emergent, Ihsane El-Kadi a été placé en détention provisoire le 29 décembre, après quatre jours de garde à vue. Il est soupçonné « d’avoir reçu des sommes d’argent et des privilèges de la part de personnes et d’organisations dans le pays et à l’étranger afin de se livrer à des activités susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l’État et sa stabilité », avait alors indiqué la cour d’Alger.

À Lire Algérie : la fermeture du quotidien Liberté, une décision politique ?

Au lendemain de l’interpellation de El-Kadi, le siège de l’agence Interface Médias, qui édite Radio M et Maghreb Émergent, avait été mis sous scellés et le matériel saisi, selon ces médias.

Problèmes d’accès à Radio M et Maghreb Émergent

Les deux médias ont affirmé dans un communiqué que depuis dimanche après-midi ils étaient « inaccessibles pour beaucoup de nos lecteurs dans certaines zones en Algérie et sur différents fournisseurs d’internet (ADSL et mobile) ». « Notre équipe technique est en train de diagnostiquer les sources de ce problème pour tenter rétablir l’accessibilité normale à nos médias », ont-ils ajouté.

À Lire Algérie : les confidences de Tebboune

La semaine dernière, 16 patrons de presse de divers pays, dont le prix Nobel de la paix Dmitri Mouratov, réunis par Reporters sans frontières (RSF), ont appelé à sa libération et à lever les entraves « inadmissibles » visant ses médias. Selon RSF, l’arrestation d’Ihsane El-Kadi « intervenue quelques jours seulement après la publication d’articles critiques envers les autorités », a une « motivation politique ».

(avec AFP)