Politique

Maroc-Algérie : Mandla Mandela, le Chan et le Sahara occidental

Lors de la cérémonie d’ouverture du Championnat d’Afrique des nations de football à Alger, le petit-fils de Nelson Mandela, partisan du Front Polisario, a appelé à « lutter pour libérer le Sahara occidental de l’oppression ». La CAF est saisie.

Par et
Mis à jour le 16 janvier 2023 à 16:34

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune et le petit-fils de Nelson Mandela, Zwelivelile Mandla Mandela à la cérémonie d’ouverture du stade Nelson Mandela avant le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) à Alger, le 13 janvier 2023. © Présidence de l’Algérie / Handout / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

La Confédération africaine de football (CAF) a annoncé qu’elle allait enquêter après que le petit-fils de Nelson Mandela a appelé à soutenir les indépendantistes sahraouis à l’ouverture du Championnat d’Afrique des nations (Chan) en Algérie, relançant la crise entre Rabat et Alger. La Fédération marocaine de football (FRMF), qui a renoncé à envoyer son équipe à Alger, avait demandé à la CAF, dont le siège est au Caire, d’ « assumer toute la responsabilité face à ces transgressions flagrantes qui n’ont aucun lien avec les principes et valeurs du ballon rond ».

À Lire L’incroyable imbroglio de la participation marocaine au Chan en Algérie

Celle-ci a répondu qu’elle allait « mener des investigations pour établir si et dans quelle mesure » ces déclarations « violent les statuts et règlements de la CAF et de la Fifa ». Elle « fera part de ses conclusions en temps opportun », poursuit le communiqué qui affirme dans l’immédiat que « ces déclarations politiques ne sont pas celles de la CAF (…) en tant qu’organisation politiquement neutre ».

Critique ouverte du Maroc

Lors de la cérémonie d’ouverture du Chan à Alger, Mandla Mandela, partisan des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, avait appelé à « lutter pour libérer le Sahara occidental de l’oppression », qualifiant ce territoire de « dernière colonie d’Afrique ». Le Maroc a aussitôt condamné des « agissements malveillants » et des « manœuvres abjectes ». Au stade Nelson-Mandela à Alger, le petit-fils de l’icône de la lutte anti-apartheid a également exhorté à « libérer la Palestine », dans une critique ouverte du Maroc qui a normalisé ses relations avec Israël il y a deux ans.

Dans son communiqué, la FRMF a par ailleurs dénoncé des « propos racistes » anti-marocains prononcés dans le stade lors de la cérémonie d’ouverture.

(Avec AFP)