Politique

« Que vaut encore la parole présidentielle ? », par Georges Dougueli

L’audience des discours de fin d’année est en chute libre depuis des années. La faute, sans doute, à la prépondérance d’une communication politique qui loupe sa cible.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 janvier 2023 à 18:12
Georges Dougueli

Par Georges Dougueli

Journaliste spécialisé sur l'Afrique subsaharienne, il s’occupe particulièrement de l’Afrique centrale, de l’Union africaine et de la diversité en France. Il se passionne notamment pour les grands reportages et les coulisses de la politique.

© JA

En cette mi-janvier 2023, il n’est pas trop tard pour réécouter et commenter les discours dits du Nouvel An. Cet exercice télévisuel et radiophonique mêlant reddition des comptes et projections de l’année à venir représentait, du moins jusqu’à une époque récente, un des grands moments de la vie démocratique. Ainsi, le temps d’une soirée de réveillon, l’élu s’invitait chez ses concitoyens pour évoquer son bilan, filant la métaphore du verre à moitié plein, leur promettant des lendemains qui chantent, le tout enrobé de vœux aimables et réconfortants. Ce rituel donnait au peuple le sentiment que sa voix compte. Euphorique en ces soirs de fête et confiant dans la parole de ses dirigeants, celui-ci pouvait savourer sans filtre les propos présidentiels…

À Lire Tshisekedi, Obiang, Buhari, Macron… De 2022 à 2023, l’actu africaine dans l’œil de Glez