Politique

Une cellule de Daesh démantelée au Maroc et en Espagne

Trois suspects affiliés à l’organisation État islamique (EI) ont été arrêtés lors d’une opération sécuritaire conjointe.

Par
Mis à jour le 12 janvier 2023 à 15:28

Arrestation de l’un des 6 membre d’une cellule terroriste à Melilla le 6 septembre 2017. Les 5 autres jihadistes ont été arrêtés au Maroc lors de cette opération conjointe. © Jesus BLASCO DE AVELLANEDA / AFP

Une cellule affiliée à l’organisation État islamique (EI), composée de trois suspects, a été démantelée en Espagne et au Maroc lors d’une opération sécuritaire conjointe, a indiqué mercredi la police marocaine.

À Lire Lutte antiterroriste : Rabat et Madrid main dans la main

Un des « éléments extrémistes » a été interpellé par les forces spéciales de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) à Chtouka-Aït Baha, région rurale dans le sud du Maroc, a précisé le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) dans un communiqué. Cet homme a été placé en garde à vue. Simultanément, deux autres membres de la même cellule ont été arrêtés par les autorités espagnoles à Almeria, en Andalousie (sud de l’Espagne), ajoute le communiqué. À Madrid, une source policière a confirmé les informations de la police marocaine, sans vouloir donner de détails.

Recrutement et embrigadement

Selon le BCIJ marocain, l’enquête a montré que les suspects avaient prêté allégeance à l’EI et œuvraient à diffuser et promouvoir « des idées extrémistes pour les besoins de recrutement et d’embrigadement ». Selon le communiqué marocain, « les mis en cause ont montré leur disposition à s’impliquer dans des opérations terroristes faute de pouvoir rejoindre les fiefs de Daech (acronyme du groupe État islamique) dans la région du Sahel. […] Ils entretenaient des liens avec des combattants chargés de recruter et de faciliter l’accès des volontaires pour combattre dans cette zone. »

À Lire Maroc : terrorisme, Sahara, États-Unis… Ce qu’il faut retenir du sommet de Marrakech

Si le royaume chérifien a été épargné ces dernières années par les violences liées aux groupes jihadistes, ses services de sécurité font régulièrement état de coups de filet antiterroristes et de projets d’attentat déjoués. Depuis 2002, la police marocaine a démantelé plus de 2 000 « cellules terroristes » et interpellé plus de 3 500 personnes dans le cadre d’affaires liées au « terrorisme », selon le BCIJ.

(avec AFP)