Politique

Au Bénin, les partis pro-Patrice Talon en tête des législatives

Selon les résultats provisoires annoncés par la commission électorale, la mouvance présidentielle obtiendrait 81 sièges, contre 28 pour le parti d’opposition de Thomas Boni Yayi, qui fait néanmoins son retour à l’Assemblée.

Par - envoyée spéciale à Cotonou
Mis à jour le 13 janvier 2023 à 11:43

Dans un bureau de vote de Cotonou, lors des législatives du 8 janvier 2022. © Yanick Folly / AFP

Ce sont des résultats provisoires que la Commission électorale nationale autonome (Cena) du Bénin a rendu publics ce mercredi 11 janvier. Ils doivent encore être approuvés par la Cour constitutionnelle.

Jusqu’ici uniquement composée de députés issus de la mouvance présidentielle et critiquée pour son aspect « monocolore », la législature béninoise s’ouvre de nouveau à l’opposition. À l’issue des élections législatives organisées le 8 janvier, le parti Les Démocrates, dont le président d’honneur est l’ancien chef de l’État Thomas Boni Yayi, remporte 28 des 109 sièges qui composeront la nouvelle Assemblée nationale.

À Lire Scrutin clé pour Patrice Talon : cinq questions pour comprendre les législatives au Bénin

C’est l’exact même nombre de députés que pour le Bloc républicain (BR), parti de la mouvance présidentielle. La formation d’Abdoulaye Bio Tchané, ministre d’État chargé du Développement et de la Coordination, qui comptait jusqu’à présent 36 élus, perd huit sièges et est donc en léger recul.

L’UPR, grand vainqueur

Le grand vainqueur de ce scrutin, c’est l’Union progressiste, récemment devenu Union progressiste le renouveau (UPR). Déjà majoritaire depuis 2019, le parti remporte 37,56 % des voix, contre 29,17 % pour le Bloc républicain et 24,2 % pour les Démocrates, selon la Cena. L’UPR, qui confirme sa position en tant que première formation politique du pays, a bénéficié de plusieurs ralliements, comme celui du Parti du renouveau démocratique (PRD) d’Adrien Houngbédji.

Sur les sept formations en lice, quatre n’ont pas passé la barre des 10 % des suffrages exprimés sur le plan national, chiffre requis pour entrer à l’Assemblée nationale. C’est le cas du parti Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), acquis à la mouvance présidentielle, qui n’a obtenu que 2,28 % des voix, et des Forces Cauris pour un Bénin émergent (FCBE), formation d’opposition qu’avait fondée Thomas Boni Yayi en 2003 avant de la quitter en 2020 – elle ne recueille pas plus de 4,5 %.

À Lire Bénin : Patrice Talon, omniprésent, omniprésident

L’opposition n’a pas encore officiellement réagi à ces résultats provisoires ; certains cadres des Démocrates promettent, en off, que des recours seront introduits. « En compilant les chiffres qui nous revenaient du terrain, nous pensions avoir obtenu entre 29 et 32 sièges. Les résultats rendus par la Cena ne sont donc pas très éloignés des nôtres, confie une figure du parti. Mais nos observateurs déployés dans les bureaux de vote nous ont rapporté des bourrages d’urnes, souvent au profit de l’UPR. »