Économie

Magil plie bagages à Olembe, que s’est-il vraiment passé ?

Au Cameroun, le contentieux entre le ministère des Sports et l’entreprise canadienne devant achever le stade d’Olembe, situé à Yaoundé, vient de déboucher sur une rupture unilatérale. Mais le feuilleton promet d’autres rebondissements. Explications.

Réservé aux abonnés
Par - à Yaoundé
Mis à jour le 10 janvier 2023 à 18:29

Stade d’Olembe, Yaoundé, le 10 décembre 2021. © MABOUP

Narcisse Mouelle Kombi se serait bien passé d’une telle bourrasque, dont les effets telluriques risquent de ne pas s’estomper de sitôt. En cause : une fuite sur les réseaux sociaux de la correspondance du ministre des Sports et de l’Éducation physique (Minsep), adressée le 3 janvier au secrétaire général de la primature, Séraphin Magloire Fouda, pour l’informer de la « résiliation unilatérale » par le canadien Magil du contrat pour l’achèvement du complexe sportif d’Olembe, au nord de Yaoundé.

Nous répondrons à cette forfaiture. Car nous avons également des griefs à l’égard de cette multinationale

Le stade principal avait abrité des rencontres de la dernière Coupe d’Afrique des nations (CAN), dont le match d’ouverture et la finale.

42 milliards de F CFA de prêt consommés