Politique

Faut-il croire au retrait du M23 dans l’est de la RDC ?

Le 6 janvier, les rebelles du M23 se sont officiellement retirés du camp de Rumangabo, l’un de leurs bastions. Mais la poursuite des combats dans d’autres localités entretient l’incertitude sur la réalité de leur désengagement.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 janvier 2023 à 19:33

Le colonel John Imani Nzenze (au centre), représentant du M23, avec des responsables de la Force régionale de l’EAC, lors de la cérémonie de retrait de Rumangabo, dans l’Est de la RDC, le 6 janvier 2023. © Guerchom Ndebo / AFP)

Comme cela avait été le cas à Kibumba deux semaines auparavant, la cérémonie de retrait du M23 de Rumangabo a tout eu d’un événement officiel. Retardée d’un jour pour permettre à la presse d’accéder au lieu, la « remise-reprise » de ce bastion stratégique, aux mains de la rébellion depuis le 29 octobre dernier, s’est déroulée en présence de membres de la Force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est (EACRF), seule, pour le moment, à reprendre le contrôle de la zone.

À Lire Est de la RDC : Félix Tshisekedi peut-il vraiment compter sur la force régionale conjointe ?