Politique

Avec le fonds du Canal de Suez, Sissi crée la polémique en Égypte

Un nouveau fonds gérant une partie des infrastructures du canal va pouvoir vendre certaines installations au secteur privé ou à des investisseurs étrangers. Une perte de souveraineté qui ne passe pas.

Réservé aux abonnés
Par - au Caire
Mis à jour le 7 janvier 2023 à 15:50

Sur la rive du canal de Suez, à Ismailiya, dans le nord-est de l’Égypte, le 27 mai 2021. © Ahmad HASSAN/AFP

Depuis deux semaines, l’Égypte fait face à une vive polémique. Le Parlement a adopté, le 19 décembre 2022, un projet de loi visant à créer un fonds d’investissement pour le canal de Suez. Gérée directement par l’Autorité du canal de Suez, la structure devrait permettre, selon le gouvernement, d’augmenter la capacité de l’autorité à contribuer au « développement économique durable » du canal. Dans le détail, la loi prévoit le transfert de certains actifs – entreprises, stations, ports, arsenaux et territoires situés en bordure du canal – au fonds. Ils pourront dès lors être vendus ou loués.

Crise économique sans précédent