Économie

Du Sénégal au Rwanda, Paix Data Centres rêve d’Afrique francophone

Opérateur de taille moyenne, l’entreprise créée par un vétéran hollandais de l’hébergement de données numériques étend sa marque avec le soutien financier d’Africa50.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 janvier 2023 à 18:00

Après avoir construit les premiers datacenters d’Europe à Francfort et Amsterdam, l’ingénieur hollandais Wouter van Hulten espère réitérer ce succès sur le continent africain (illustration). © PeopleImages/Gettyimages

Le bâtiment sera moins symbolique que son voisin qui lui fait face. À Dakar, sur la moins haute colline des Deux Mamelles, où trône déjà le monument de la Renaissance africaine, une entreprise de datacenter, baptisée « Paix », s’est récemment offert un terrain afin d’y construire sa première infrastructure en Afrique francophone.

Déjà en travaux, l’usine à serveurs doit contenir plus de 300 armoires consommant l’équivalent de 1,2 mégawatt par heure. Le bâtiment, qui a nécessité un investissement d’un peu moins de 10 millions de dollars selon nos estimations, devrait être mis en service au deuxième trimestre de 2024.

À Lire Datacenters : Google et Amazon propulsent les acteurs africains dans la cour des grands

Dans le paysage actuel des constructeurs de datacenters sur le continent, Paix est loin d’être un poids lourd, mais demeure un acteur à surveiller au même titre que ses concurrents de taille similaire, Open Access Data Centres, Raxio Group ou New Digital Africa. En 2021,