Économie

À Abidjan, Orange CI et Sonatel, deux caïmans dans la même mare ?

Les filiales d’Orange représentent un peu moins de la moitié de la capitalisation de la BRVM. Auront-elles assez de place ? L’avis du marché.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 11 janvier 2023 à 16:53

Les deux poids lourds subsahariens d’Orange dominent sans appel le marché des actions de la place régionale de l’Uemoa, et en particulier celui des télécoms. © Issam Zejly pour JA

Après sa cotation le 30 décembre à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), à Abidjan, Orange Côte d’Ivoire (Orange CI) représente 21 % de la capitalisation du marché des actions, avec une valorisation de 1 562 milliards de F CFA, le 06 janvier. La filiale ivoirienne du groupe français devance d’une courte tête sa consœur sénégalaise Sonatel (20 %, 1 500 milliards de F CFA de valorisation), longtemps leader du marché rejoint en 1998. Il est à noter qu’Orange CI chapeaute également les filiales au Burkina Faso et au Liberia et Sonatel, celles du Mali, de Guinée, de Guinée-Bissau et de Sierra Leone. En 2021, Orange CI a enregistré un chiffre d’affaires de 965 milliards de F CFA, contre 1 335 milliards pour Sonatel.

À Lire Orange : Côte d’Ivoire-Sénégal, le moteur à deux temps du géant français en Afrique de l’Ouest

Les deux poids lourds subsahariens d’Orange dominent sans appel le marché des actions de la place régionale de l’Uemoa, et en particulier celui des télécoms. Le