Économie

Cedeao – BIDC : George Donkor contre Oulimata Sarr, deuxième round

Le 14 février, le président de la banque de développement de la Cedeao va de nouveau tenter d’obtenir la possibilité de briguer un second mandat. Mais la ministre sénégalaise de l’Économie défend l’accord de 2020 : Dakar doit avoir la main pour désigner son successeur. Coulisses.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 janvier 2023 à 08:14

George Donkor et Oulimata Sarr. © DR-UN Photo/Montage JA

En octobre, sa première tentative avait échoué, mais George Donkor ne baisse pas les bras. Pour la deuxième fois ces dernières semaines, le président de la BIDC a convoqué le conseil des gouverneurs de la banque de la Cedeao pour une assemblée générale extraordinaire. Après Praia, fin octobre, c’est à Lomé que les ministres ouest-africains sont attendus, le 14 février. (Initialement fixée au 16 janvier, l’assemblée générale extraordinaire a été décalée au 14 février sur instruction de George Donkor au moment où nous mettions en ligne cet article. Aucune justification n’a été donnée dans le message transmis par courriel à l’ensemble des directeurs de l’institution et signé par Moctar Coulibaly, secrétaire général de la BIDC). 

À Lire Cedeao-BIDC : le Ghanéen George Donkor perd une manche face au Sénégal 

Depuis des mois, le Ghanéen se bat pour pouvoir prétendre à un second mandat à la tête de l’institution, alors qu’un accord figurant dans le procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire du 13 janvier 2020 avait acté que le prochain président, nommé en 2024, serait sénégalais.

Des postes réservés aux gros actionnaires