Économie

La RDC peut-elle devenir un géant des hydrocarbures ?

À la fin de juillet 2022, Félix Tshisekedi a lancé des appels d’offres pour 27 blocs pétroliers et 3 blocs gaziers. Objectif : porter à 40 % la part du secteur dans les recettes de l’État pour faire carburer l’économie aux énergies fossiles et se défaire de la dépendance aux mines.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 17 janvier 2023 à 09:46

Forage du franco-britannique Perenco en octobre 2021 près de Muanda, à la pointe sud-ouest de la RDC, pour l’instant seule région productrice de pétrole du pays. © ALEXIS HUGUET/AFP

« Nous ne devrions plus nous contenter de célébrer indéfiniment le potentiel en ressources naturelles dont est doté notre pays. Il nous revient de l’exploiter. » Le 28 juillet 2022, le président congolais, Félix Tshisekedi, lançait des appels d’offres pour l’exploration et la future exploitation de 30 blocs, 3 gaziers et 27 pétroliers – au lieu de 16 initialement prévus –, dont deux ont été restitués en février dernier par Ventora Development, l’une des sociétés de l’homme d’affaires israélien Dan Gertler.  

Dans la cour des grands ?