Économie

Sonangol, Unitel… En Angola, des privatisations encore laborieuses

L’ambitieux programme de privatisation engagé par le président angolais, João Lourenço, depuis son arrivée au pouvoir, en 2017, connaît des hauts et des bas. Point d’étape.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 5 janvier 2023 à 12:18

Le siège de la Sonangol, en février 2020. © Osvaldo Silva/AFP

Entre 120 et 150 millions de dollars. C’est, selon la presse portugaise, ce que l’exécutif angolais, dirigé par João Lourenço depuis 2017, espère récupérer grâce à la privatisation de la société publique qui gère les 18 aéroports du pays.

À Lire [Série] Redresser l’économie angolaise, la mission impossible de João Lourenço ? (4/5)

Autorisée par un décret présidentiel daté du début de décembre et rendu public en fin d’année 2022, l’opération consiste à céder au secteur privé une participation majoritaire, de 51%, au capital de la Société gestionnaire des aéroports (Sociedade Gestora de Aeroportos, SGA).

Mouvement dans le secteur aérien