Économie

Le privé au cœur du plan de développement de la Tunisie

Le gouvernement tunisien a présenté un plan de développement pour 2023-2025 qui mise fortement sur les investissements du secteur privé, une nette reprise de la production des phosphates et une agriculture plus « verte ».

Par
Mis à jour le 3 janvier 2023 à 18:57

Le ministre de l’Économie et de la Planification tunisien, Samir Saïed, prend la parole lors du forum économique sur le plan de développement 2023-2025, à Tunis le 3 janvier 2023. © FETHI BELAID / AFP

Le gouvernement tunisien a présenté ce mardi 3 janvier son plan de développement pour 2023-2025. Il mise fortement sur les investissements du secteur privé, une nette reprise de la production des phosphates, secteur jadis florissant, et une agriculture plus « verte ». Ce plan « privilégie un nouveau modèle de développement » pour rétablir les équilibres économiques et combattre la montée de la pauvreté, qui touche 20 % des 12 millions de Tunisiens, a indiqué devant la presse le ministre de l’Économie et de la Planification, Samir Saïed.

À Lire Tunisie : du « grenier à blé de Rome » au pays des pénuries

La Tunisie est en proie à une profonde crise politique et financière qui s’est traduite ces derniers mois par des pénuries de certains produits de base lait, sucre, riz, café – et un recul du pouvoir d’achat du fait d’une inflation galopante (près de 10 % sur un an). Très endetté, le pays, dont les caisses sont vides, attend le feu vert définitif du Fonds monétaire international (FMI) pour un nouveau prêt d’environ 2 milliards de dollars (1,87 milliard d’euros), qui devrait débloquer d’autres aides étrangères.

« Locomotive de la croissance »

Dans sa nouvelle stratégie 2023-2025, le gouvernement se veut « réaliste et prudent », a indiqué Samir Saïed, qui a prévu par exemple une baisse plutôt lente du taux de chômage à 14 % en 2025 contre un peu plus de 15 % en 2022. Le programme, dont les différents chapitres ont été présentés par chacun des ministres du gouvernement de Najla Bouden, table sur une croissance modeste de 2,1 % en 2023 (après 1,8 % en 2022).

Pour y parvenir, il mise sur des investissements publics « nécessaires » de 12,3 milliards de dollars (entre 2023-2025) dont 8,7 milliards à travers le budget de l’État et 3,6 milliards de dollars à travers les entreprises publiques.

À Lire Tunisie : du « slow » au « fast exit » des investisseurs étrangers

Ce programme fait aussi le pari d’une augmentation des investissements du secteur privé, « locomotive de la croissance » en Tunisie, en espérant qu’ils monteront à près de 60 % de l’investissement global d’ici à trois ans, ce qui nécessite, selon Samir Saïed, une « amélioration du climat des affaires ». Les partenariats « public-privé » seront aussi facilités.

Une bonne partie des investissements seront canalisés vers le secteur industriel, dont le poids dans l’économie doit passer de 15 % du PIB en 2022 à 18 % en 2025, avec une hausse prévue des exportations de 12 à 18 milliards de dollars annuels, a indiqué la ministre de l’Industrie, Neila Gonji.

Parier sur la transition énergétique

Le plan de développement prévoit également un accroissement de la production de phosphates – l’une des rares ressources naturelles du pays – qui s’est effondrée ces dix dernières années à cause de troubles sociaux et de la corruption. Elle devrait passer de 3,7 millions de tonnes (Mt) annuelles actuellement à 5,6 Mt en 2023 avant un doublement à 12 Mt en 2025.

À Lire Tunisie : à Gafsa, la crise sans fin du phosphate

Pour promouvoir une agriculture « plus verte », les autorités encourageront l’innovation, via des start-up spécialisées dans le recyclage de l’eau et la lutte contre la sécheresse, qui sévit notamment dans le centre et le sud du pays. Le gouvernement parie aussi sur la transition énergétique en autorisant l’exploitation de terrains agricoles pour produire de l’électricité à partir de sources renouvelables (solaire, éolien).

Le plan triennal prévoit en outre une amélioration des filets de protection sociale avec, par exemple, une indemnisation pour les familles prenant en charge une personne âgée isolée ; et des investissements dans l’éducation, comme la généralisation des écoles de la deuxième chance pour les élèves en décrochage scolaire.

(avec AFP)