Agroalimentaire
Cabosses de cacao. © The New York Times / REA.

Cet article est issu du dossier

Producteurs contre multinationales, la guerre du cacao

Voir tout le sommaire
Économie

Pourquoi les cacaoculteurs restent le parent pauvre de l’or brun

La Côte d’Ivoire et le Ghana veulent utiliser leur position d’acteurs de premier plan du marché mondial du cacao pour obtenir une meilleure rémunération de leurs planteurs. Un combat légitime mais difficile à mener. État des lieux en infographie.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 janvier 2023 à 08:18

© Montage JA : The New York Times / REA

LA GUERRE DU CACAO (4/4) – Moins d’un dollar par jour : c’est ce que touche en moyenne un producteur de cacao en Côte d’Ivoire. Ce chiffre résume l’enjeu de la bataille menée par Abidjan et Accra, réunis au sein de « l’Opep du cacao » depuis 2018, pour améliorer le revenu de leurs paysans. Alors que les deux pays ouest-africains assurent près de 60 % de l’approvisionnement mondial de fèves, et que l’industrie du chocolat génère chaque année quelque 130 milliards de dollars de ventes, la grande majorité des cacaoculteurs peinent, eux, à vivre de leur activité.

À Lire Côte d’Ivoire – Kobenan Adjoumani : « Bien payer notre cacao est la solution à l’ensemble des défis du secteur »