Politique

Violents combats entre milices et rebelles du M23 en RDC

Les membres d’une coalition de groupes d’autodéfense congolais se sont opposés à l’arme lourde aux rebelles, dans une zone où l’armée est absente. Les « résistants » affirment avoir tué 13 membres du M23.

Par
Mis à jour le 31 décembre 2022 à 17:06

Des membres du M23 à Kibumba, près de Goma, dans l’est de la RDC, le 23 décembre 2022. © (Photo by GLODY MURHABAZI / AFP)

De violents combats ont opposé, ce jeudi 29 décembre, les rebelles du M23 aux membres d’une coalition de groupes d’autodéfense congolais, selon des sources locales, dans une zone où l’armée n’est pas présente. La coalition affirme avoir tué 13 membres du M23.

À Lire M23 en RDC : violents combats à l’artillerie sur fond d’initiatives diplomatiques

Les détonations d’« armes lourdes et légères continuent à se faire entendre depuis le matin, il n’y a pas de repos », a déclaré Safari Haguma, secrétaire de la société civile de Bushuli dans le groupement Tongo, joint depuis Goma, capitale du Nord-Kivu. L’armée congolaise n’est pas présente dans le groupement Tongo, situé dans le territoire de Rutshuru. « Ceux qui voulaient partir aux champs pour chercher la nourriture n’ont pas pu le faire suite aux combats. Nous sommes dans la peur », a déclaré un autre habitant, Ntirenganya.

Bukombo puis Kitshanga

« Il y a eu 13 morts côté M23 et nous avons enregistré 3 blessés. Dieu est de notre côté », a déclaré le général autoproclamé Dominique Ndaruhutse, commandant du groupe CMC/FDP (Collectif des mouvements pour le changement/ Forces de défense du peuple). « Nous avons pris les armes pour défendre l’intégrité territoriale de notre pays et jamais on acceptera d’être des esclaves » dans notre propre pays, a déclaré de son côté Jules Mulumba, porte-parole de cette coalition qui rassemble plusieurs groupes armés.

À Lire RDC : le M23 prêt à « commencer à se retirer » de certaines zones

La coalition soupçonne le M23 de chercher à atteindre la localité de Bukombo et ainsi pouvoir avancer vers Kitshanga, une zone qui débouche sur Goma (à 125 km), ville de plus d’un million d’habitants. « Ils [le M23] visent Kitshanga et Kilolirwe pour que Goma soit prise sans combats, on acceptera pas cette aventure. Tous les résistants patriotes de l’est sont mobilisés », a insisté le porte-parole.

Retrait de Kibumba ou « leurre » ?

Le M23 a conquis au cours des derniers mois de vastes pans du territoire du Nord-Kivu, province congolaise frontalière du Rwanda, progressant jusqu’à quelques dizaines de kilomètres de Goma. Cette offensive a ravivé les tensions historiques entre la RDC et le Rwanda, que Kinshasa accuse de soutenir la rébellion. Ce que Kigali dément.

À Lire En RDC, dans les coulisses des négociations sur le retrait du M23

Sous la pression internationale, le M23 avait pris part, le 23 décembre, à une cérémonie en vue de remettre la ville de Kibumba à une force militaire régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est. Ce qui n’a pas encore été fait, selon l’armée congolaise qui, le lendemain, a qualifié de « leurre » cette initiative, affirmant plutôt que la rébellion renforçait ses positions ailleurs.

(avec AFP)