Économie

La Tunisie dope son budget aux impôts sur les sociétés

La loi de finances 2023, signée vendredi, prévoit une forte augmentation des recettes. C’est le secteur privé qui sera largement mis à contribution, en attendant que la Tunisie obtienne enfin l’accord du FMI et puisse se financer à l’international.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 décembre 2022 à 16:23

La ministre des Finances tunisienne, Sihem Boughdiri Nemsia, présente la loi de finances 2023 lors d’une conférence de presse, à Tunis le 26 décembre 2022. © Fethi Belaid / AFP

La loi de finances tunisienne 2023, adoptée le vendredi 27 décembre, est placée sous le signe de l’impôt. « La philosophie est de mobiliser au maximum les ressources propres de l’État pour financer son budget. Derrière cela, on peut y voir évidemment une exigence du Fonds monétaire international (FMI) en contrepartie du prêt qui devrait être officialisé », explique l’analyste financier Bassem Ennaifer.

À Lire Tunisie : 1,9 milliard de dollars du FMI et encore des questions