Politique

Tunisie : l’Isie, instance de la discorde

| Par
Kaïs Saïed pourrait être nommé à la tête de l'Isie.

Kaïs Saïed pourrait être nommé à la tête de l'Isie. © D.R.

La possible nomination de Kaïs Saïed, un spécialiste du droit constitutionnel, à la tête de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) provoque des tensions entre Hamadi Jebali, le chef du gouvernement, et Mustapha Ben Jaafar, président de l’ANC.

Alors que la rédaction de la Constitution tunisienne piétine en raison de profonds désaccords sur la question des libertés et du statut des femmes, l’Assemblée nationale constituante (ANC) travaille à la mise en place de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), chargée de l’organisation des prochains scrutins. Le gouvernement avait laissé entendre qu’il pourrait reconduire à sa tête Kamel Jendoubi, mais certaines sources suggèrent que le poste échouera finalement à Kaïs Saïed, un spécialiste du droit constitutionnel soutenu par Abderrazak Kilani, le ministre délégué chargé des Relations avec l’ANC et proche de Hamadi Jebali, le chef du gouvernement. Cette nomination suscite des tensions entre ce dernier et Mustapha Ben Jaafar, président de l’ANC, qui est favorable à Jendoubi.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte