Politique

Au procès de l’attentat de Grand-Bassam, « ce sont des boucs-émissaires ! »

En Côte d’Ivoire, le procès de l’attaque terroriste qui a eu lieu en 2016 touche à sa fin. Les avocats de la défense ont plaidé l’acquittement de certains de leurs clients. Les juges rendront leur décision le 28 décembre.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 décembre 2022 à 14:19

Quatre des accusés jugés pour l’attentat de Grand Bassam, dans la salle d’audience du tribunal d’Abidjan, le 22 décembre 2022. © Sia KAMBOU / AFP

Le procès de l’attentat terroriste de Grand-Bassam qui avait fait 19 morts et 33 blessés le 13 mars 2016 tire à sa fin. Depuis le 30 novembre, accusés, témoins et experts se sont succédé devant les juges du tribunal criminel, afin de raconter leur part de vérité. Ce 22 décembre, la parole était aux avocats de la défense, Éric Saki et Prosper Degré Kouassi, qui ont plaidé pendant près de deux heures. Ils ont la lourde tâche de défendre les intérêts des 18 personnes poursuivies pour des faits « d’actes terroristes, d’assassinat, de tentative d’assassinat, de recel de malfaiteurs, de détention illégale d’armes à feu et de munitions de guerre, et de complicité desdits faits ».