Politique

Maroc : plusieurs députés européens visés par des accusations de trafic d’influence

Eva Kaili, Antonio Panzeri, Gilles Pargneaux… Dans le sillage du « Qatargate », plusieurs députés européens se voient reprocher leur trop grande proximité avec Rabat. Des liens susceptibles d’avoir influencé leurs votes à Bruxelles, d’après les enquêteurs.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 28 décembre 2022 à 15:59

L’eurodéputée grecque Eva Kaili, au Parlement européen. (archives) © Abdesslam Mirdass / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Depuis plusieurs semaines, le Parlement européen est secoué par une affaire de corruption interne attribuée au Qatar. Mais, après l’État émirati, les regards sont à présent portés vers le Maroc, soupçonné d’avoir influencé les positions et votes de plusieurs parlementaires européens dans différents dossiers, notamment celui du Sahara.

La genèse du scandale remonte au 9 décembre, lorsque la présidente du Parlement européen, la socialiste Eva Kaili, est mise en cause dans une affaire de corruption impliquant le Qatar.

À Lire Mondial 2022 au Qatar : nouvelles accusations de corruption