Politique

Évariste Ndayishimiye : « Personne ne sait qui sont les membres du M23 en RDC »

Situation dans l’est du Congo, mandat de la force régionale, normalisation diplomatique… De passage à Washington pour le sommet États-Unis – Afrique, le président burundais, qui est également à la tête de l’EAC, a répondu aux questions de Jeune Afrique.

Réservé aux abonnés
Par - à Washington
Mis à jour le 21 décembre 2022 à 17:42

Le président du Burundi, Évariste Ndayishimiye, lors des funérailles nationales de Pierre Nkurunziza, au stade Ingoma de Gitega, au Burundi, le 26 juin 2020. © TCHANDROU NITANGA/AFP

Le premier sommet États-Unis – Afrique, organisé en août 2014 par Barack Obama, avait aussi motivé l’une des dernières visites de Pierre Nkurunziza outre-Atlantique. En pleine polémique autour du troisième mandat qu’il entendait briguer un an plus tard, le président burundais de l’époque avait malgré tout été reçu par le secrétaire d’État américain, John Kerry. C’était avant la présidentielle organisée en juillet 2015, avant la crise et la répression qui avaient suivi le scrutin, avant que le Burundi voie s’abattre sur lui une avalanche de sanctions – européennes, onusiennes et américaines.

Au pouvoir depuis juin 2020, Évariste Ndayishimiye tente de sortir le Burundi de l’impasse diplomatique qui a marqué le dernier mandat de Nkurunziza. À défaut d’avoir métamorphosé l’ADN du régime, toujours cadenassé par le Conseil national pour la défense de la démocratie-Force de défense de la démocratie (CNDD-FDD, le parti au pouvoir), « Neva » a néanmoins enregistré quelques succès non négligeables.

À Lire Burundi : Évariste Ndayishimiye tente de sortir le pays de l’isolement