Politique

Sénégal : un juge ordonne le renvoi en prison du journaliste Pape Alé Niang

Moins d’une semaine après sa remise en liberté sous la pression de la profession et des défenseurs des droits, un juge sénégalais a ordonné mardi 20 décembre le renvoi en prison du journaliste.

Par
Mis à jour le 20 décembre 2022 à 17:28

Le journaliste sénégalais Pape Al Niang est à la tête du site d’informations Dakar Matin. © DR.

Patron du site d’informations Dakar Matin, Pape Alé Niang avait été relâché et placé sous contrôle judiciaire le 14 décembre, plus d’un mois après avoir été inculpé et écroué pour « divulgation d’informations de nature à nuire à la Défense nationale », « recel de documents administratifs et militaires » et « diffusion de fausses nouvelles ».

À Lire Sénégal : pourquoi le journaliste Pape Alé Niang a été incarcéré

Mais dans la soirée du lundi 19 décembre, Pape Alé Niang a de nouveau été interpellé par la police et présenté mardi à un juge du tribunal de Dakar. Ce dernier « a révoqué sa décision de liberté provisoire assortie du contrôle judiciaire », a déclaré Moussa Sarr, un de ses avocats. « Il va retourner en prison », a-t-il ajouté.

« Acharnement »

Ce nouveau placement en détention fait suite à la demande du parquet qui estime que Pape Alé Niang a évoqué son dossier judiciaire lundi sur les réseaux sociaux avec un activiste sénégalais à l’étranger, alors que son contrôle judiciaire lui interdisait de le faire, a dit Me Sarr. Il lui est également reproché un « tweet concernant le directeur général de la police », a-t-il ajouté.

À Lire Sénégal : qui Pape Alé Niang menace-t-il ?

Le journaliste affirme faire « l’objet d’un acharnement et d’une persécution abominables » de la part du pouvoir sénégalais qui a « décidé de (le) faire taire à tout prix », dans un communiqué transmis à la presse par le syndicat Coordination des associations de presse (CAP).

Son cas avait mobilisé la profession et suscité une vague de critiques de la presse et de la société civile contre les autorités, et Pape Alé Niang lui-même avait observé une grève de la faim pendant une douzaine de jours.

(Avec AFP)