Dossier

Cet article est issu du dossier «Frères d'art»

Voir tout le sommaire
Culture

RDC : Tabu Ley et Youssoupha Mabiki, chanteurs malgré eux

| Par
Youssoupha, fils de feu Tabu Ley Rochereau, est l’un des artistes qui incarnent le mieux le discours engagé sur l’Afrique dans le rap français.

Youssoupha, fils de feu Tabu Ley Rochereau, est l'un des artistes qui incarnent le mieux le discours engagé sur l'Afrique dans le rap français. © D.R. / Vincent Fournier pour J.A.

Né en 1940 à Banningville (aujourd’hui Bandundu), Tabu Ley, a été le premier chanteur africain à se produire à l’Olympia. Son fils, Youssoupha né à Kinshasa, a grandi en France où il est une star montante du rap.

Le père est l’une des plus grandes voix du continent et chante l’amour ; le fils, un nom qui monte dans le monde du rap et exprime la révolte d’une jeunesse française en proie à la discrimination du fait de ses origines. Pourtant, au départ, rien ne les destinait à faire de la musique une profession. Né en 1940 à Banningville (aujourd’hui Bandundu), Tabu Ley a suivi des études moyennes (secondaires) à l’époque de la colonisation belge. Il aurait pu travailler comme comptable dans l’administration. Mais la beauté de son timbre de voix en décida autrement et il devint un chanteur à succès.

Youssoupha, 32 ans, l’un de ses nombreux enfants, né à Kinshasa, a grandi en France. Il est détenteur d’une maîtrise qui aurait pu lui ouvrir les portes du journalisme ou de la communication. Mais il a choisi de marcher sur les traces de son géniteur… même si celui-ci n’a pas été un père parfait. Il « a passé sa vie à tourner dans le monde entier, expliquait le rappeur il y a peu dans J.A. Il a eu de nombreux enfants, et on a pu lui reprocher d’être absent. C’est quelque chose que je comprends, parce que je mène à mon tour cette vie, mais que j’ai peur de reproduire. J’y pense énormément quand je suis en tournée loin de mon fils ».

Youssoupha s’est souvenu que Tabu Ley a été le premier chanteur africain à se produire à l’Olympia, la mythique salle parisienne. Fier de cela, il a voulu que son père assiste à son propre passage sur la même scène, cette année. Hélas, pour des raisons médicales, Tabu Ley, victime d’un AVC il y a quelques années, n’a pu faire le déplacement. Mais il a pu assister récemment au mariage de son fils. Youssoupha lui a alors offert son premier disque d’or, obtenu grâce à son album Noir Désir, dans lequel il a samplé certains grands titres du pater.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte