Économie

Énergie : en difficulté au Cameroun, Globeleq met le cap à l’Est

Créé en 2002, l’un des plus grands producteurs indépendants d’électricité en Afrique a annoncé le licenciement de 20 % de sa main d’œuvre au Cameroun. Parallèlement, l’entreprise soigne ses actifs en Égypte et investit au Kenya.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 20 décembre 2022 à 14:56

Complexe de production d’énergie par géothermie d’Ol-Karia, situé au fond de la vallée du Rift kenyan, près des rives du lac Naivasha, à environ 120 kilomètres au nord-est de la capitale, Nairobi, le 28 août 2015. © Tony KARUMBA/AFP

La construction de Menengai, le premier projet géothermique de Globeleq au Kenya, doit démarrer au premier trimestre 2023, « une fois que son financement aura été clôturé », selon un communiqué de l’entreprise détenue à 70 % par British International Investment (ex- CDC Group) et par le fonds de développement norvégien Norfund.

Deuxième champ géothermique du pays après celui d’Olkaria, le projet de Menengai situé non loin du premier à quelque 200 kilomètres de Nairobi, bénéficiera d’un financement par emprunt de 72 millions de dollars auprès de la Banque africaine de développement (BAD), de la Banque de commerce et de développement pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe et du fonds finlandais Finnfund.

Rôle actif dans la crise climatique