Économie

Or et blockchain, le grand mix audacieux du Camerounais Mamadou Touré

Le fondateur d’Ubuntu Tribe, vend le précieux métal sous forme de titre de propriété numérique. Un actif d’un nouveau genre qui pourrait intéresser, selon l’entrepreneur, jusqu’aux États. Rencontre avec un ex-banquier qui croit au pouvoir de transformation de ces produits financiers innovants.

Réservé aux abonnés
Par - envoyé spécial à Lomé
Mis à jour le 22 décembre 2022 à 11:06

Mamadou Kwidjim Touré, fondateur d’Ubuntu Tribe. © Montage JA/FACEBOOK Mamadou Kwidjim Toure

Le portrait éco de la semaine – Un pied dedans, un pied dehors. Dans les couloirs de l’hôtel du 2 février à Lomé, le 27 novembre, à la veille de l’Africa Financial Industry Summit (Afis), l’événement annuel de la finance coorganisé par le groupe Jeune Afrique, l’allure de Mamadou Kwidjim Touré, 47 ans, tranche avec celles des banquiers déjà présents. Ses baskets, son sarouel, son pull et la grosse pierre qu’il porte autour du cou : l’entrepreneur ne fait à l’évidence pas tout à fait partie du même club. Un peu comme si un participant du célèbre festival californien de Coachella avait ouvert une fenêtre spatiotemporelle pour débarquer à la City de Londres.

Neuf mois chez Dangote

Souriant, détendu, il n’est pourtant pas en pays inconnu comme en témoignent les nombreuses poignées de mains échangées. Et ce n’est pas sans un certain plaisir qu’il retrouve le petit monde des investisseurs