Politique

Russie-Maghreb : « Nous continuerons à fournir des armes russes à l’Algérie »

Proximité historique avec Alger, accords avec Rabat, conflit libyen… Dix mois après son invasion de l’Ukraine, la Russie ne cache pas son intérêt pour le Maghreb et le Moyen-Orient. Entretien avec Alexandre Kinchtchak, directeur du Département Proche-Orient et Afrique du Nord au ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 19 décembre 2022 à 15:52

Alexandre Kinchtchak, directeur du Département Proche-Orient et Afrique du Nord au ministère russe des affaires étrangères. © Valery Sharifulin/TASS via Getty Images

Jeune Afrique : Au Maghreb, est-on revenu à une logique des blocs, avec, d’un côté, le Maroc, aligné sur les États-Unis, Israël et les Occidentaux en général, et, de l’autre, l’Algérie, alliée de la Russie ?

Alexandre Kinchtchak : Les changements de dynamique sur la scène internationale ainsi que les nombreux défis et menaces de notre époque exigent une réponse collective rapide et efficace. Dans ce contexte, le stéréotype obsolète de « la logique des blocs », qui se manifeste clairement dans la politique des États occidentaux, ne sert pas la cause de la paix et de la stabilité dans le monde.

À Lire Algérie-Maroc : Rabat doit-il s’inquiéter des exercices militaires algéro-russes ?