Politique

Maroc-France : Paris lève ses mesures de restriction sur les visas

À l’occasion d’une visite de 24 heures à Rabat, la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a annoncé que la France retirait ses restrictions sur l’octroi des visas pour les Marocains.

Mis à jour le 16 décembre 2022 à 15:05

Des membres d’une association marocaine de défense des droits de l’homme manifestent contre la restriction des visas devant les bureaux de l’Union européenne à Rabat, le 4 octobre 2022. © FADEL SENNA/AFP

Après la Tunisie au mois de septembre dernier, la France vient d’annoncer la normalisation de sa politique de délivrance des visas avec le Maroc. En marge de son déplacement à Rabat, les 15 et 16 décembre, la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a en effet annoncé « une reprise de l’activité consulaire normale » entre les deux pays.

Macron attendu début 2023

Alors que le nouvel ambassadeur de France au Maroc, Christophe Lecourtier, est officiellement entré en fonction ce vendredi 16 décembre, la ministre a par ailleurs annoncé que le président de la République française, Emmanuel Macron, effectuerait prochainement une visite au royaume, à une date « qui reste à finaliser » mais qui devrait se situer au premier trimestre de l’année 2023.

À Lire Visas : le ton monte entre Rabat et Paris

Au mois de septembre 2021, la France avait décidé de restreindre de 50 % l’octroi de visas aux citoyens Marocains et Algériens, et de 30 % aux Tunisiens. Paris reprochait notamment aux trois pays du Maghreb leur manque de coopération dans le rapatriement de leurs ressortissants faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Timing politique

Selon nos informations, la visite du ministre de l’Intérieur Français, Gérald Darmanin, prévue les 17 et 18 décembre à Alger, sera également l’occasion pour la France de normaliser sa politique de visas avec l’Algérie.

À Lire Maghreb-France : les visas de la discorde

Un timing tout sauf anodin, puisqu’une synchronisation dans la levée des restrictions de visas avec Rabat et Alger permettrait à l’Élysée de ne braquer aucun des deux voisins ennemis du Maghreb, qui n’entretiennent plus aucune relation diplomatique depuis le mois d’août 2021.