Politique

Syrie : les malheurs de Bassma Kodmani

| Par
La Syrienne Bassma Kodmani, qui codirige l'Initiative de la réforme arabe (IRA).

La Syrienne Bassma Kodmani, qui codirige l'Initiative de la réforme arabe (IRA). © Total

Très contestée au sein d’un Conseil national syrien (CNS, opposition extérieure) dominé par les Frères musulmans, l’universitaire Bassma Kodmani a démissionné le 28 août.

Figure de premier plan du Conseil national syrien (CNS, opposition extérieure), l’universitaire Bassma Kodmani a démissionné le 28 août. « Le CNS, explique-t-elle, n’a pas su conserver la confiance que le peuple avait mise en lui lors de sa création. » La vérité est que la chercheuse parisienne ne supportait plus les attaques dont elle était l’objet. Très contestée au sein d’un CNS dominé par les Frères musulmans, elle a en outre été accusée de sionisme après la mise en ligne, en février, d’une émission de Jean-Pierre Elkabbach à laquelle elle avait participé, en 2008, en compagnie d’écrivains israéliens, puis traitée d’« Arabe de service » de la France par le quotidien libanais Al-Akhbar. « Elle a vécu un véritable enfer », témoigne l’un de ses proches.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte