Politique

Afrique du Sud : à l’ANC, l’avenir en pointillés de Ramaphosa

Le chef de l’État se présente pour un second mandat à la présidence du Congrès national africain, malgré un bilan contestable et la menace que fait peser sur lui une affaire de corruption.

Réservé aux abonnés
Par - à Johannesburg
Mis à jour le 16 décembre 2022 à 07:25

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa (ici le 10 décembre à Cape Town), a évité à une procédure de destitution en début de semaine. © GIANLUIGI GUERCIA/AFP.

Démissionnaire il y a deux semaines, destituable il y a trois jours et maintenant présidentiable, Cyril Ramaphosa a connu les montagnes russes. Son avenir est désormais entre les mains du Congrès national africain (ANC). Les délégués du parti se réunissent du 16 au 20 décembre à Johannesburg pour élire la nouvelle direction. Au cours du week-end, ils devront se demander si, pour le bien du pays et du parti, Cyril Ramaphosa mérite d’être reconduit pour un second mandat à la présidence de l’ANC.