Société

Maroc-Algérie : du football derrière le limogeage d’un directeur de télévision ?

Chabane Lounakel vient d’être relevé de ses fonctions de directeur général de la télévision publique algérienne. Certains y devinent un désaccord sur la couverture de l’épopée marocaine au Qatar…

Mis à jour le 14 décembre 2022 à 17:41
Damien Glez

Par Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Les conditions de l’éviction de Chabane Lounakel de la direction générale de la télévision nationale algérienne sont l’objet de nombreuses supputations. © Damien Glez

Après le correctif du footballeur marocain Yassine Bounou qui, dans un premier temps, n’avait décrypté les récentes réussites de son équipe que comme une victoire du « peuple marocain, arabe et musulman », l’ensemble de l’Afrique semblait faire bloc derrière la dernière sélection africaine encore en lice à la Coupe du monde. Mais certains observateurs cherchent la petite bête en dehors des gradins…

Silence et supputations

Le 11 décembre dernier, le ministre algérien de la Communication, Mohamed Bouslimani, procédait à l’installation d’un nouveau directeur général de la télévision publique algérienne (EPTV, Établissement public de télévision), Nadir Boukabes, sans que la raison du limogeage de son prédécesseur, Chabane Lounakel, n’ait été explicitée au grand public. Le silence laissant place aux supputations, des journalistes, opposants algériens en Europe et autres blogueurs, rappellent que la veille, le Maroc se qualifiait en quart de finale du Mondial qatarien en battant le Portugal…

À Lire France-Maroc : le vrai match se joue sur le terrain économique

Et les plus cyniques des internautes de noter que d’autres journalistes algériens sont restés en poste, notamment ceux de la 3e chaîne d’information – relevant également du groupe EPTV – qui déploraient, quelques jours plus tôt, l’« amère élimination de l’Espagne » aux huitièmes de finale, sans citer une seule fois l’équipe qui avait fait chuter la Roja. À l’inverse, dans l’un de ses journaux télévisés de samedi, la télévision publique algérienne avait bien annoncé la qualification des Lions de l’Atlas pour les demi-finales…

Tensions sur tous les terrains

Depuis 2021, les relations entre l’Algérie et le Maroc se sont largement dégradées. Les tensions se déportent sur des terrains aussi différents que la gestion des palmeraies d’El Arja, les feux de forêts, les relations de l’un ou l’autre avec Israël ou l’Iran, le trafic de drogues ou les soutiens supposés aux séparatistes sahraouis du Maroc ou aux militants kabyles de l’autodétermination…

Honni soit qui mal y pense ? Sur Twitter, l’internaute Maya Boucharef demande que soit éclairci le limogeage de Chabane Lounakel mais affirme que « tout le peuple algérien est content et fier de la sélection marocaine et de son formidable et inattendu parcours. Les peuples marocain et algérien sont frères quoi qu’on en dise. »

https://twitter.com/mayaAutoDefense/status/1602434306651078656

Problème de politiciens ? Fin juin, le ministère de la Communication avait mis fin aux fonctions du directeur général du journal public El Chaâb. Coïncidence ou pas, la publication venait de diffuser, en première page, une photo de l’équipe nationale du Maroc prenant part aux Jeux méditerranéens organisés dans la ville d’Oran.