Société

Rester invisible pour ne pas finir en prison : en Algérie, les homosexuels face à l’intolérance

Les autorités algériennes ont encore réaffirmé leur refus de dépénaliser l’homosexualité. La communauté LGBT déplore l’hypocrisie qui continue à régner.

Réservé aux abonnés
Par - à Alger
Mis à jour le 29 décembre 2022 à 16:31

Vivre son homosexualité en Algérie relève encore du défi, au quotidien. © Peter Parks/AFP

Rue Didouche Mourad, en plein centre d’Alger. Une voiture passe, vitres baissées, laissant entendre une chanson à plein son de Houari Manar, chanteur raï très populaire et icône gay de la scène algérienne, décédé à 38 ans en novembre 2019, au cours d’une anesthésie dans une clinique privée où il devait subir une opération de chirurgie esthétique.

À Lire Arts plastiques – Être « queer » dans le monde arabe